Le Courrier des Balkans

Affaire Jadranka Kostova : il ne fait pas bon être journaliste en Macédoine

| |

Nouveau coup dur pour la liberté de la presse en Macédoine. La rédactrice en chef de Fokus, le principal hebdomadaire d’opposition est accusée par la Commission de lustration d’avoir collaboré avec les services secrets dans les années 1990. Des allégations fermement démenties par l’intéressée. Le pouvoir tente, encore une fois, de faire taire les voix critiques dans le pays.

Par Jacqueline Bisson (Avec Telegraf et Utrinski Vesnik) - Jeudi dernier, la Commission pour la vérification des faits - appelée aussi Commission de lustration - a déclaré que la journaliste Jadranka Kostova, aujourd’hui rédactrice en chef de l’hebdomadaire d’opposition Fokus avait été une « collaboratrice des services secrets ». Les faits remontent à 1993-1996, époque où elle était journaliste à la télévision nationale macédonienne. Dans son dossier rendu public, on peut lire qu’elle s’est « volontairement proposée pour être une source d’information concernant deux personnes considérées comme intéressantes pour le service en raison de leur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous