Mediapart / Le Courrier des Balkans

À Sarajevo, le centenaire de 14-18 ravive les plaies d’une histoire disputée

| | |

Pour le centenaire de l’attentat du 28 juin 1914, Sarajevo est au « cœur de l’Europe », comme l’assure l’ambitieux programme de commémorations financé par l’Union européenne. Si l’objectif était de contribuer à la réconciliation régionale, c’est raté. Les Serbes boycottent les cérémonies pour s’opposer au « révisionnisme historique » tandis que les Bosniaques en dénoncent le faste et l’hypocrisie.

Texte & photos Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico Un article publié initialement sur Mediapart Des critiques venues de toutes parts Les critiques des commémorations de Sarajevo ne proviennent pas, tant s’en faut, que des rangs nationalistes serbes. Ainsi, le journaliste Zlatko Dizdarević, figure légendaire de la résistance bosnienne lors du siège de Sarajevo dans les années 1990, dénonce-t-il une opération par laquelle l’Europe cherche à se donner bonne conscience. « Notre pays, la Bosnie-Herzégovine, est complètement détruit : il ne fonctionne pas, n’existe pas. Et pourtant il accueillera le grand défilé des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous