A Istanbul, les réfugiés syriens organisent un monde parallèle

| | |

Des dizaines de milliers de Syriens se sont réfugiés à Istanbul. Ils s’y installent, ouvrent commerces et ateliers, ou n’y font qu’une halte de quelques mois, le temps de gagner de l’argent pour passer en Europe. La Turquie accueille deux millions de réfugiés et leur coexistence avec les Turcs n’est pas toujours facile. Reportage.

Par Alexandre Billette et Camille Antunes-Şentürk Faute de papiers et sans réel espoir de retour au pays, la communauté syrienne d’Esenyurt vit dans un monde parallèle, sans véritable contact avec le voisinage turc du quartier. En face d’un restaurant à kebab syrien, sur la terrasse ombragée du café du coin, une dizaine de joueurs tapent le carton et boivent le thé, mais hors de question d’élargir la partie avec les Syriens. « Je ne leur parle pas et ils ne me parlent pas. Ils ouvrent leurs propres magasins, leurs cafés et leurs restaurants. Ils vont bien, ils vont bien mieux que nous, ils n’ont pas de sécurité sociale donc ils travaillent (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous