Webinaire | Élections en Bosnie-Herzégovine : voter ou s’en aller

| Le


OFFRE SPÉCIALE : jusqu’à ce soir 23h59, bénéficiez d’un an d’abonnement au Courrier des Balkans à 35 euros (au lieu de 70).

Pour cela, rendez-vous sur notre boutique comme pour souscrire à une offre classique :

1. « Panier » : Validez le panier à 70€ - la réduction apparaitra au moment du paiement -
2. « Compte » : Entrez vos identifiants ou créez votre compte utilisateur
3. « Adresse » : Renseignez votre adresse
4. « Récapitulatif » : inscrivez dans le champ du code de réduction BOSNIE et cliquez sur « OK ». La réduction s’affiche automatiquement. Au bas de la page choisissez votre mode de paiement (règlement possible par CB, chèque et virement) et validez.


Le 2 octobre, la Bosnie-Herzégovine se rend aux urnes pour des élections générales, dans un climat plus tendu que jamais.

Les autorités de la Republika Srpska, l’entité serbe d’un pays toujours divisé, ont relancé depuis un an la menace de la sécession, tandis que les nationalistes croates rêvent d’arracher la création d’une troisième entité. Pendant ce temps, la corruption endémique des élites ethno-nationalistes, toutes communautés confondues, continue de ronger le pays et Belgrade comme Zagreb tentent de placer leurs pions.

La crise énergétique et la terrible inflation, aggravées par la guerre en Ukraine, viennent encore fragiliser un peu plus une économie déjà chancelante et une population paupérisée. Faute de perspectives d’avenir, beaucoup de Bosniens s’en vont. Ils quittent massivement leur pays « Frankenstein » dans un mouvement d’exode qui ne cesse de se creuser depuis dix ans.

Pourtant, des facteurs d’espoir existent : en Fédération, les forces antinationalistes se sont unies autour d’un même candidat, tandis qu’en Republika Srpska, le pouvoir de Milorad Dodik apparaît fragilisé. De même, des mouvements citoyens, dépassant les clivages communautaires, émergent pour défendre un cadre de vie mis à mal par la corruption des élites prédatrices.

Ces élections vont-elles voir encore les forces ethno-nationalistes dominer le pays ? Des alternatives parviendront-elles à se dégager ? Pour en parler, Le Courrier des Balkans vous donne rendez-vous pour un webinaire exceptionnel, le 26 septembre de 19h à 20h30.

Avec :

• Rodolfo Toé, analyste politique et ancien correspondant du Courrier des Balkans (Sarajevo) ;
Christophe Solioz, philosophe et politologue, auteur de plusieurs ouvrages sur la Bosnie-Herzégovine (Genève)
Slobodan Šoja, historien et diplomate, ancien ambassadeur de Bosnie-Herzégovine en France et en Egypte (Sarajevo).

Rencontre animée par Marion Roussey, correspondante et membre de la rédaction en chef du Courrier des Balkans.

Inscription gratuite et obligatoire en cliquant sur ce lien