Serbie : torture et mauvais traitements, la routine de la police

| |

Les premières conclusions du Rapporteur spécial de l’Onu sur la torture font froid dans le dos. Après avoir visité des commissariats et lieux d’enfermement en Serbie, il dénonce des violences répétées contre les détenus. Nils Melzer s’est également rendu au Kosovo, où la situation n’est pas meilleure. Les deux pays partagent peut-être plus de choses qu’ils ne voudraient l’admettre.

Par Bojan Gavrilović Nils Melzer, le Rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, était en visite en Serbie et au Kosovo du 13 au 24 novembre. Il s’est notamment rendu dans des prisons, des commissariats de police, des institutions psychiatriques et des centres d’accueil pour réfugiés. Ses premières observations sont sans appel : les personnes en garde-à-vue en Serbie sont exposées à de forts risques de maltraitance. « C’est avec une grande inquiétude que mon équipe et moi-même avons recueilli des témoignages nombreux et cohérents faisant état de violences de la part (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous