Vendetta en Albanie : sortir enfin du déni

| |

Le nombre de crimes liés à la gjakmarrja, la « reprise de sang », continue d’augmenter d’année en année. Pendant longtemps, les autorités ont minimisé le phénomène, qui donnait une « mauvaise image » du pays. Et les pays occidentaux refusent leur protection aux demandeurs d’asile albanais qui se disent menacés par une vendetta.

En 2014, Mario Majollari a demandé l’asile politique en Suède. Il avait fui l’Albanie de peur d’être assassiné. En effet, son père avait tué un homme en 2000 et Mario Majollari craignait d’être la cible de la vengeance des proches de la victime. La Suède ne lui a pas offert la protection qu’il demandait et il fut contraint de revenir en 2016 en Albanie. Il a été assassiné le 10 avril 2018 à Tirana. Son meurtrier, Kastriot Gjuzi, le frère d’Ilir Gjuzi, l’homme abattu par le père de Mario Majollari, est toujours recherché par les forces de l’ordre pour homicide. Parmi les raisons qui ont poussé le juge à ne pas accorder ce droit d’asile, la presse suédoise a (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous