Une fin de ramadan semi-déconfinée pour les musulmans des Balkans

| |

Les mosquées avaient rouvert leurs portes pour les prières du Bajram-namaz (Eid el-fitr), qui marquent la fin du mois de ramadan, sauf au Kosovo. Certains pays, comme la Macédoine du Nord, ont réintroduit le couvre-feu, afin d’éviter les rassemblements familiaux et festifs. « L’ambiance de Bajram » n’était pas toujours au rendez-vous.

Par Jad Les trois jours de Bajram, qui marquent la fin du ramadan, sont normalement une période de fêtes, de célébrations et de retrouvailles familiales. Cette année, l’Eid el-Fitr s’accompagne de strictes restrictions. En Bosnie-Herzégovine, toutes les mosquées avaient ouvert leurs portes pour la prière, qui s’est déroulée en respectant strictement les mesures de protection sanitaire et de distanciation physique. Les prières centrales du Bajram namaz, célébrées dimanche matin, 45 minutes après le lever du soleil, ont eu lieu dans la mosquée Gazi Husrev-beg de Sarajevo, sous la conduite du reisu-l-ulema Husein ef. Kavazović. Dans ses voeux, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous