Une boutique (en ligne) à soi, le pari d’émancipation de femmes du Kosovo

| |

À peine 23% des femmes travaillent au Kosovo, selon l’Agence des statistiques en 2021. Pour s’émanciper, certaines créent leur propre entreprise et se lancent dans la vente en ligne. Avec la pandémie, les mentalités évoluent et le secteur est en plein essor. Portraits croisés de deux entrepreneuses à Pristina.

Traduit et adapté par Jacqueline Dérens (article original) Afërdita Salihu se souvient de la première fois qu’elle a découvert le concept de friperie. C’était il y a 22 ans, au détour d’une sortie shopping avec une amie dans le quartier où elle a grandi à Pristina. L’idée de travailler dans le vêtement ne l’a plus quittée. Quand elle a perdu son emploi en 2014, elle a décidé de se jeter à l’eau pour tenter de réaliser son rêve. « Je voulais faire quelque chose par moi-même, sans l’aide de personne. Pas parce qu’il n’y avait personne pour m’aider, mais parce que je voulais le faire moi-même. » Au Kosovo comme ailleurs, ouvrir une boutique de vêtements (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous