« Un AstraZeneca et une prune, svp ! » : comment je me suis fait vacciner en Bulgarie

| |

Désespéré de la lenteur de la vaccination en France, notre correspondant bulgare, un jeune quinquagénaire qui ne rentre dans aucun groupe à risques, s’est fait vacciner dans sa ville natale de Plovdiv, non sans quelques états d’âme, effets secondaires et interrogations. Récit.

Par Alexandre Lévy Je n’oublierai pas de sitôt ce sentiment euphorique lorsque, le 11 mars dernier, je suis ressorti à 16h15 de la polyclinique de mon quartier à Plovdiv, dans le sud du pays, le bras légèrement endolori mais soulagé. Je venais, après être parti le matin-même de Paris, de recevoir ma première injection du vaccin du groupe pharmaceutique AstraZeneca. Ce jour-là, les cafés et restaurants étaient ouverts en Bulgarie et j’ai dûment fêté ça autour d’un verre avec mes amis, chez Sando, le troquet juste en-dessous de l’hôpital militaire de la ville. Un haut lieu de la lutte contre la pandémie ! Le médecin aux cheveux blancs qui m’avait (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous