Monténégro : le mouvement citoyen URA au défi d’une nouvelle politique

| |

Plusieurs fondateurs du mouvement citoyen URA viennent de le quitter, dénonçant ses compromissions avec les autres formations de la nouvelle majorité. Peut-on mener une politique nouvelle avec de vieilles méthodes ?

Traduit par Jasna Tatar Anđelić (article original) Le changement et les réformes. Voici certainement les deux mots les plus utilisés sur la scène politique monténégrine, surtout depuis les législatives du 30 août. Et il ne s’agit pas seulement de changer le système créé durant le long règne du Parti démocratique des socialistes (DPS), mais aussi des réformes à mener au sein des partis politiques eux-mêmes. Pourtant, les promesses trop audacieuses ont bien souvent du mal à passer l’épreuve de la mise en pratique. Ainsi, alors que nous attendons toujours que le système change en profondeur, les réformes tardent aussi à venir dans les partis, tant (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous