Turquie : le régime Erdoğan fait pression sur les médias kurdes

| |

À l’approche des élections de 2023, celles du centenaire de la Turquie moderne, le président Recep Tayyip Erdoğan essaie de museler encore un peu plus les voix d’opposition. Une nouvelle loi sur la « désinformation » vient d’être adoptée et de nombreuses arrestations de journalistes ont eu lieu ces derniers temps, visant notamment les Kurdes.

Par Baptiste Hamon « On est les seuls à faire vraiment opposition », estime Zeynep [1], journaliste kurde, au sujet de sa profession. À l’approche des élections législatives et présidentielle de juin 2023, Recep Tayyip Erdoğan augmente encore ses pressions sur les médias. Le 13 octobre, le président turc a fait adopter une loi contre la « désinformation », aux contours flous. Le texte instaure notamment une peine de prison de un à trois ans en cas de diffusion d’une « information trompeuse », mettant en danger « l’unité de l’État », « l’ordre établi » ou « divulguant des secrets d’État ». Il est aussi prévu le retrait de leur carte (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous