Turquie : avec Ramize Erer, la satire se dessine au féminin

| |

Présentée comme « dessinatrice féministe », Ramize Erer a été l’une des premières femmes à se faire une place dans la presse satirique turque. Après avoir fait ses débuts dans les années 1980 dans l’hebdomadaire Gırgır, elle dirige actuellement le mensuel, géré exclusivement par des femmes, Bayan Yanı. Et revendique une totale liberté malgré les pressions de l’AKP. Entretien.

Propos recueillis par Valentina Marcella. OBC : Que diriez-vous à une jeune femme qui souhaiterait devenir dessinatrice aujourd’hui ? E. R. : Je l’inviterais à envoyer des propositions à Bayan Yanı - ! OBC : Quel regard portez-vous sur les personnages féminins dessinés par des hommes ? Sans vouloir généraliser, il apparaît que les représentations de la femme sont souvent révélatrices de stéréotypes de genre pour le moins problématiques, que Bayan Yanı cherche notamment à combattre. E. R. : Je parle en priorité des désirs des femmes dans mes dessins. Avant, seuls étaient représentés les désirs des hommes et leur point de vue, mais même cela a (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous