Cinq ans après le coup d’État de 2016, Erdoğan célèbre la « résurrection » de la Turquie

|

Depuis cinq ans, Recep Tayyip Erdoğan axe sa communication politique sur la mémoire du putsch manqué du 15 juillet 2016. Alors qu’une violente répression s’abat sur les derniers espaces de contestation du pays, le Président exalte « l’héroïsme » et le « sacrifice de la Nation » face aux mutins.

Par Romain Desmet Depuis cinq ans, le putsch de 2016 sert de prétexte pour mettre au pas la société turque, une aubaine pour Recep Tayyip Erdoğan, qui a qualifié les événements de la nuit du 15 juillet de « bénédiction divine » (Allah’ın bir Lütfu). L’armée a tout d’abord rapidement été restructurée, en particulier les écoles militaires, poursuivant le chantier de domestication qu’avait déjà entamé le pouvoir. Du reste, le discours officiel a toujours insisté pour dissocier « les glorieuses forces armées turques » des félons du 15 juillet. La chasse aux réseaux gülénistes s’est ensuite poursuivie au sein de la justice, du système éducatif et des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous