Turquie : Emin Alper, un cinéma vérité contre l’oppression

| |

« Le cinéma devrait nous rendre plus sages » : telle est l’ambition du réalisateur turc Emin Alper, dont le troisième long-métrage, A Tale of Three Sisters, a triomphé au Festival de Sarajevo, obtenant le prix de la mise en scène. Une oeuvre qui porte bien haut les couleurs de la nouvelle génération du cinéma turc, entrée depuis des années déjà en résistance. Rencontre.

Texte : Nikola Radić / Photos : Nemanja Knežević La carrière d’Emin Alper est lancée en 2012, avec le sortie de son premier long-métrage, Derrière la colline (Beyond The Hill). La critique salue l’arrivée d’un auteur talentueux et le film est présenté au Festival du Film de Tribeca et récompensé par le Prix Caligari à la Berlinale. « Ce n’est pas comme si le film était présenté à Cannes ou si vous remportiez l’Ours d’or à Berlin ou un prix important à Venise, ces petit prix n’ont pas beaucoup d’impact sur les ventes internationales, mais ils lui donnent de la visibilité et, en Turquie, cela a de l’importance : on vous accepte comme quelqu’un qui a (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous