Traduction littéraire en Albanie : Edmond Tupja, le disciple et le maître

| |

Edmond Tupja a bientôt 75 ans. Traducteur en français des œuvres du dictateur Enver Hoxha et de l’écrivain Fatos Kongoli, mais aussi en albanais de Marcel Proust et de Julien Gracq, il cite Baudelaire : « J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans ». Certains de ces souvenirs, il aimerait s’en débarrasser. Sa devise : « Oubliez le plus possible ». Rencontre.

Par Nerimane Kamberi Il a plu à Tirana en cette fin d’après-midi et le parfum des tilleuls embaume la Rruga e ambasadave, notre lieu de rendez-vous. Véritable oasis de verdure dans cette ville qui ne cesse de se développer depuis la fin de la dictature, où les buildings à étages poussent comme des champignons, côtoyant les vieilles maisons aux murs décrépis qui rappellent qu’avant 1990, l’Albanie était dirigée par le Parti communiste d’Enver Hoxha. Le même parti qui allait envoyer dans les années 1960 le jeune Edmond Tupja étudier la linguistique appliquée à La Sorbonne, à Paris. Il ira à Pigalle, découvrira Georges Bataille, dévorera les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous