Le Monténégro, plateforme du trafic des êtres humains ?

| |

Début janvier 2020, la police découvrait 84 ressortissants de Taïwan dans trois maisons de Podgorica. Le Monténégro est-il en train de (re)devenir une plateforme du trafic des êtres humains, un phénomène toujours sous-estimé par les autorités ?

Traduit et adapté par Nikola Radić (article original) Les Taïwanais ont été reconnus comme des victimes d’exploitation par le travail, mais ils ont néanmoins été renvoyés à Taïwan, tout comme leurs huit compatriotes qui les tenaient prisonniers et qui ont été inculpés d’appartenance à une organisation criminelle de trafic d’êtres humains. « J’étais obligé de faire ce qu’on me disait, on était enfermés dans une belle maison mais on était trop nombreux. On travaillait par roulement sans être payés », a témoigné un citoyen taïwanais, victime du trafic, dont le « travail » aurait été « d’escroquer des citoyens de pays asiatiques », d’après la police (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous