Sympathie pour le diable : le récit du siège de Sarajevo « kidnappé » par les journalistes étrangers

| |

Sympathie pour le diable, le film de Guillaume de Fontenay, revient sur la figure du reporter de guerre dans le cinéma. Mais la figure du journaliste bosnien demeure toujours absente dans la construction du récit du siège de Sarajevo, essentiellement établie par les journalistes internationaux.

Par Aline Cateux Sympathie pour le diable est le premier film de Guillaume de Fontenay. Il relate le séjour du journaliste Paul Marchand à Sarajevo pendant le siège (1992-95). Le scénario du film a été écrit avec Paul Marchand, jusqu’au suicide de ce dernier en 2009, et il est basé sur son livre éponyme. Le personnage excessif, parfois désagréable, addict à l’adrénaline, semblant singulièrement manquer de recul, vient compléter la galerie de portraits du « reporter de guerre » devenu ces 30 derniers années une figure récurrente du cinéma occidental. On pense tout d’abord à Under Fire (1983) de Roger Spottiswoode, qui met en scène Nick Nolte (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous