Roumanie : l’ombre de l’ancienne Securitate plane sur les élites intellectuelles

| |

Les archives de l’ancienne police politique roumaine n’en finissent pas de livrer leurs secrets. L’hebdomadaire Revista 22 vient de publier une liste de 200 anciens collaborateurs de la Securitate issus des plus hautes sphères intellectuelles du pays. De quoi menacer pas mal de carrières.

Par Nicolas Trifon En 1989, juste avant la chute des Ceauşescu, le Parti communiste roumain comptait près de quatre millions de membres, soit 11,5 % de la population, ce qui constituait une performance dont peu d’autres partis frères pouvaient d’enorgueillir. Apparemment, la Roumanie est en train de battre un nouveau record : celui du nombre d’anciens collaborateurs de la Securitate par rapport à l’ensemble de la population. L’hebdomadaire Revista 22 vient de publier une liste de 200 personnes, dressée en février 1985 par le chef de la « brigade anti-émigration », une unité militaire qui avait pour tâche de « contrecarrer les actions (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous