Monténégro : l’oubli retombe sur les crimes de guerre des années 1990

| |

Siège de Dubrovnik, déportation des Bosniaques de la Bukovica et des réfugiés d’Herceg Novi, massacre de Štrpci... Un lourd voile d’oubli est tombé au Monténégro sur les crimes de guerre des années 1990, notamment parmi les jeunes. Mais comment mener un travail de mémoire quand les dirigeants de l’époque sont toujours au pouvoir ?

Traduit et adapté par Persa Aligrudić (article original) Alors que l’on vient de célébrer les 25 ans du génocide de Srebrenica, une enquête réalisée par la Youth Initiative for Human Rights montre que le souvenir des guerres des années 1990 est en train de s’effacer au Monténégro. Les plus jeunes connaissent très mal l’histoire de cette période et s’informent principalement par le biais de leurs aînés. Et selon cette étude, plus de la moitié des habitants du Monténégro ne parle que très rarement, voire jamais des guerres récentes. C’est un sujet abordé assez fréquemment chez plus de 20% de sondés. Quand il s’agit d’identifier les responsabilités (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous