Slovénie : la ville cosmopolite de Jesenice résiste à la xénophobie et au racisme

| |

Elle a vu passer des trains remplis de réfugiés, combattu la désindustrialisation et accueille la deuxième plus grande communauté musulmane du pays : encastrée dans une petite vallée à la frontière autrichienne, la ville sidérurgique de Jesenice ne connaît ni discours de haine, ni montée de l’extrême-droite, ni ras-le-bol nationaliste. La « ville des fleurs et de l’acier » voudrait devenir un modèle de tolérance. Reportage.

Texte & photos : Charles Nonne La peur de l’étranger laisse ses traces. En 2015 et 2016, des dizaines de milliers de migrants ont traversé la Slovénie pour chercher asile en Autriche et en Allemagne. Jesenice a alors fait la une de l’actualité nationale quand un train rempli de migrants est resté bloqué avant de s’arrêter à la frontière puis, finalement, de rebrousser chemin. Depuis, les rumeurs contre les musulmans se multiplient. En 2015, Nova24TV, la chaîne de propagande de la droite dure, expliquait que la démographie permettrait aux islamistes d’être majoritaires d’ici à 2035. Sur certains forums, on laisse entendre que les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous