Le Pacte mondial de l’ONU sur les migrations divise la Slovénie

| |

Après les refus retentissants de la Hongrie et de l’Autriche et les doutes exprimés par la Croatie, la Tchéquie et l’Italie, c’est désormais en Slovénie que le Pacte des Nations Unies sur les migrations crée la polémique. Tandis que le gouvernement minimise l’importance du document sans le soutenir activement, l’opposition s’est trouvée un nouveau cheval de bataille.

Par Charles Nonne Le Pacte historique de l’ONU « pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » doit être signé en décembre à Marrakech. Côté slovène, on aperçoit pourtant une réticence grandissante à adopter ce document, qui doit encourager une meilleure coopération entre États pour gérer les flux migratoires, comme la Déclaration de Marrakech qui l’accompagne. C’est d’abord la droite qui a dénoncé ce document, renforcée par les retraits hongrois et américain : selon elle, si la Déclaration de Marrakech n’a pas de force contraignante, elle l’aura un jour, et elle incite déjà à l’accroissement des migrations vers l’Europe. Dans une résolution (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous