Slovénie : l’ancienne usine Rog devient une « seconde maison » pour les réfugiés

| |

Le squat et centre social de Rog s’est imposé dès le milieu des années 2000 comme un haut lieu de la culture alternative slovène, loin des lumières de Metelkova. Malgré les menaces administratives, ses activistes développent aujourd’hui un programme d’accueil et d’accompagnement social des réfugiés et migrants. Reportage.

Par Charles Nonne " /> Rythmées par les basses d’un concert de techno un étage plus bas, les discussions tournent autour de la nourriture, du repérage dans la ville et des expressions à utiliser dans un bar. Les traductions fusent du slovène à l’arabe, en passant par l’anglais. Un réfugié, barman improvisé, sert le thé à tout le monde, les allées et venues d’activistes se succèdent. La motivation des apprenants ? « Ça dépend complètement des personnes. Avec certains, on doit commencer par leur apprendre à tenir un crayon », admet Urša, l’autre étudiante. « Quoi qu’il en soit, impossible de constituer un groupe commun, on doit s’adapter en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous