Serbie : la campagne est ouverte pour la succession du patriarche Irinej

| |

Jamais l’Église orthodoxe serbe n’a paru aussi ouvertement divisée entre partisans serviles et adversaires du pouvoir politique à Belgrade. Le président Aleksandar Vučić, qui veut un patriarche « flexible » sur la question du Kosovo, s’appuie sur les figures les plus compromises de l’Église. Explications.

Par Milica Čubrilo Filipović L’Église orthodoxe serbe vient, coup sur coup, de perdre deux de ses figures majeures, son chef, le patriarche Irinej et le métropolite Amfilohije du Monténégro, décédés du covid-19 à trois semaines d’intervalle. Selon la Constitution de l’Église, le 46e patriarche doit être choisi dans les trois mois qui suivent le décès d’Irinej. Les 43 évêques doivent voter jusqu’à ce que trois d’entre eux recueillent la moitié des voix plus une, ce qui leur donnera le statut de candidats – sous la seule condition d’avoir été évêque ou métropolite pendant au moins cinq ans, un préalable rempli par 34 d’entre eux. Ensuite, les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous