Serbie : qui se souvient encore du scandale Savamala ?

| |

Fin avril 2016, des pelleteuses détruisaient la rue Hercegovačka, dans le vieux quartier de Savamala, pour faire place au gigantesque projet urbanistique Belgrade Waterfront. L’affaire a été vite étouffée par les autorités, aucune enquête indépendante n’a été menée, et le scandale semble aujourd’hui bel et bien oublié. Malgré les nombreuses manifestations citoyennes pendant plusieurs mois. Entretien croisé.

Propos recueillis par Omer Karabeg Vesna Rakić Vodinelić est professeure de droit à Belgrade. Radomir Lazović, est un activiste de l’initiative Ne da(vi)mo Beograd qui a organisé une série de manifestations pour protester contre les destructions de Savamala. Omer Karabeg (O.K) : L’affaire Savamala a été officiellement bouclée quand le chef de la police a avoué ne pas avoir donné suite aux appels des citoyens ce soir-là. Il a été condamné à une peine de prison de cinq mois avec sursis, mais n’a pas été démis de ses fonctions. L’affaire est-elle terminée sur le plan judiciaire ? Ou bien, au contraire, l’enquête peut-elle reprendre et peut-on (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous