Serbie : népotisme et corruption au coeur de la lutte contre le covid-19

| |

La directrice de l’Institut de santé publique de Serbie a un frère, qui se trouve être le mari de la ministre de la Justice, mais aussi le directeur d’une entreprise qui a signé un contrat de 3,2 millions d’euros en avril 2020 avec le ministère de la Santé... Une histoire de famille.

Par Milica Čubrilo-Filipović C’est une des figures les plus mises en avant par les autorités pendant la pandémie du Covid 19 qui est visée par l’enquête du site Balkan Insight. En effet, Darija Kisić Tepavčević, directrice par intérim de l’Institut de santé publique Batut, par ailleurs souvent moquée pour son apparence exubérante de blonde parfaitement maquillée et coiffée à toutes les conférences de presse, est bien embarrassée. Son propre frère, Bojan Kisić, est un des directeurs de la compagnie NITES, qui aurait signé depuis 2013 jusqu’à 27 contrats d’une valeur de 26,8 millions d’euros avec des entreprises publiques serbes. Pour le seul mois (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous