Serbie : la police veut ficher les personnes atteintes de troubles psychiques

| |

La police a demandé à un établissement médical de lui donner accès à la liste de ses patients marqués « F », catégorie qui regroupe divers « troubles psychiques » et neurologiques - de l’alcoolisme à la maladie de Parkinson. Les milieux médicaux et les défenseurs des droits s’indignent d’une violation manifeste de la vie privée.

Par Branka Mihajlović Rodoljub Šabić, le Commissaire aux Informations d’importance nationale et à la Protection des données personnelles, a annoncé le 13 avril qu’il avat ouvert une enquête contre le ministère de l’Intérieur. En effet, selon Đorđe Krivokapić, de la Fondation Share pour la protection des données personnelles, les services du ministère de l’Intérieur ont outrepassé leurs prérogatives. « Aucune juridiction ne permet à la police de demander ce genre de données ». Il y a deux ans, un projet de loi avait été débattu, avec l’objectif de réguler les informations détenues par la police sur les citoyens serbes, mais la loi n’avait pas été (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous