Serbie : les constructions illégales, gage de la paix sociale

| |

Le manque de logements est un problème structurel en Serbie depuis plus d’un siècle et, longtemps, l’État a laissé se développer les constructions illégales pour garantir la paix sociale. Sauf qu’aujourd’hui, ce sont les riches qui font bâtir des palaces sans permis. Les explications de l’architecte Zlata Vuksanović-Macura.

Traduit et adapté par Nikola Radić (article original) BiF : Comment la politique du logement a-t-elle changé à l’époque socialiste ? Z. V.-M. : Le régime socialiste s’occupait des classes plus pauvres, notamment des ouvriers. L’accent était mis sur ceux qui contribuaient au développement de la société par leur labeur. Dans les années 1950 et 1960, la population de Belgrade a presque doublé, mais cette fois, ce boom s’accompagnait d’une construction planifiée. On construisait beaucoup plus et bien plus vite qu’avant, mais cela n’a pas suffi à faire face aux arrivées. Des « exutoires » pour les citoyens sans logement définitif ont donc vu le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous