Serbie : « l’urbicide » de Novi Sad

| |

En trois décennies, Novi Sad a vu sa population augmenter de 50%, un phénomène exceptionnel dans la Serbie d’aujourd’hui. Cela a provoqué la densification excessive du centre-ville. Un bouleversement du paysage urbain qui a des conséquences directes pour les habitants.

Par Miloš Perović Ces investisseurs, ignorant les normes de l’habitation moderne, font bâtir des immeubles de plusieurs étages à la place des maisons, créant ainsi des quartiers entiers hyper denses manquant de parkings, d’espaces verts et d’infrastructures. En plus de desservir le paysage urbain, ces interventions ont des incidences directes sur l’environnement. Cela a été prouvé dans une étude sur les « îlots de chaleur urbains », conduite par le professeur Stevan Savić de la Faculté des mathématiques de Novi Sad. Son enquête confirme l’hypothèse que les quartiers les plus chauds de Novi Sad sont ceux qui ont subi les plus grandes (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous