Serbie : l’extrême-droite, l’opposition choisie d’Aleksandar Vučić

| |

Le soir de son écrasante victoire aux élections du 3 avril, le président Vučić a versé des larmes de crocodiles devant les caméras, regrettant que la Serbie ait tant voté à droite. En réalité, l’homme fort de Belgrade n’a cessé de favoriser l’émergence de cette opposition, qui lui permet de se poser en « modéré », garant de la stabilité.

Traduit et adapté par Simon Rico | Article original Les élections du 3 avril Serbie se sont terminées de manière prévisible, avec la très large réélection d’Aleksandar Vučić dès le premier tour de la présidentielle. Dans le même temps, le Parti progressiste serbe (SNS) de Vučić est arrivé en tête des législatives, raflant 120 des 250 mandats de députés au Parlement. Le SNS pourra compter sur le soutien sans faille du Parti socialiste (SPS) d’Ivica Dačić, arrivé en troisième position. Le soir des élections du 3 avril, Aleksandar Vučić a eu le triomphe prétendument modeste. « La Serbie s’est déplacée de façon spectaculaire vers la droite », a-t-il (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous