Serbie : l’illusion des investissements étrangers

| |

La Serbie déroule le tapis rouge pour faire venir les investisseurs étrangers, avec 7000 euros d’aides publiques offerts par emploi créé. Pourtant, la croissance reste trop faible pour combler le retard par rapport aux pays riches de l’UE. Il est urgent d’investir dans l’éducation et d’assainir le climat des affaires.

Traduit par Chloé Billon En 2018, la Serbie s’est retrouvée en tête du classement mondial des pays attirant le plus d’investissements directs à l’étranger (IDE) par rapport à leur PIB, rapporte le Financial Times. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène. « Le premier facteur, c’est que la Serbie est candidate à l’intégration à l’UE et bénéficie donc d’un accord de stabilisation et d’association, ainsi que d’accords de libre-échange avec plusieurs autres pays », explique Peter Tabak, économiste chargé des Balkans occidentaux à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). « Autre facteur de taille, le fait que la Serbie ait (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous