Serbie : l’Église orthodoxe « plus loin de Dieu, plus près du pouvoir »

| |

Qu’il semble loin le temps où le patriarche Pavle prenait la tête des manifestations des années 1990 contre Milošević. Son successeur, le patriarche Irinej, s’affiche aujourd’hui aux côté d’Aleksandar Vučić et condamne sans appel la mobilisation citoyenne qui s’étend en Serbie et en Republika Srpska. Il est vrai que le régime de Belgrade sait se montrer généreux envers l’Église.

Adapté par Milica Čubrilo Filipović Lors des cérémonies de commémoration des bombardements de l’Otan, le 24 mars dernier à Niš, le patriarche Irinej, le chef de l’Église orthodoxe serbe (SPC), a dénoncé, au côté du Président Aleksandar Vučić, les manifestations de l’opposition, car celles-ci donneraient « de la force à nos ennemis ». Des propos qui ont provoqué l’indignation de l’opposition. « Il s’agit d’une ingérence directe dans les affaires politiques et d’une prise de partie. Or, l’Église n’est pas la propriété du Parti progressiste serbe (SNS), vous êtes le chef de toute notre Église qui regroupe des croyants d’opinions politiques différentes », (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous