Serbie : la dépression, un mal tabou

| |

Chaque année, près de 1300 personnes souffrant de dépression se suicident en Serbie. Exprimer son mal-être reste encore tabou. Face à la quasi absence de stratégie de prévention, l’Organisation mondiale de la Santé tire la sonnette d’alarme.

Traduit par Nikola Radić « C’est cette sensation d’avoir incessamment un fardeau sur la poitrine, cette impression que les murs se rétrécissent autour de moi, que quelque chose rampe le long de ma colonne vertébrale », raconte Jovana Gligorijević, journaliste à l’hebdomadaire serbe Vreme, diagnostiquée comme dépressive en 2013. « Aujourd’hui, je me considère soignée de la dépression, bien que j’aie des crises de panique et d’angoisse occasionnelles dont la dépression est indissociable. La différence est que maintenant j’ai des techniques pour lutter contre ces crises et que j’ai accepté qu’elles m’accompagneraient tout au long de la vie. Je suis (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous