La Serbie condamne (encore) l’oligarque Miroslav Mišković pour évasion fiscale

|

Il a longtemps été la première fortune des Balkans avant de faire l’objet d’une chasse aux sorcières judiciaire dès l’arrivée au pouvoir d’Aleksandar Vučić, en 2012. Miroslav Mišković a été condamné à deux ans et demi de prison, une peine « politique », dénonce la société civile.

Par la rédaction La Haute cour de Belgrade a condamné l’homme d’affaires Miroslav Mišković à 2 ans et demi de prison et à 68 000 euros d’amende pour évasion fiscale. Son fils Marko a quant à lui écopé d’un an d’assignation à résidence et d’une amende de 68 000 euros. Delta Holding, l’entreprise des Mišković, devra en outre payer les 3 millions d’euros de taxes dues à l’État serbe. Celui qui a longtemps été la plus grande fortune de l’espace post-yougoslave n’était pas présent à l’énoncé du verdict. Il peut encore faire appel du jugement. Ses déboires avec la justice ont commencé juste après l’arrivée au pouvoir du Parti progressiste de Serbie en 2012. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous