Élections en Serbie : boycotter ou ne pas boycotter, l’opposition se déchire

| |

À l’approche des élections législatives et municipales annoncées pour le 26 avril prochain, l’ambiance est plombée en Serbie. Refusant de « légitimer un régime autocratique », l’opposition a majoritairement décidé de boycotter ces scrutins, courant le risque de se retrouver totalement marginalisée et de renforcer encore un peu plus le pouvoir. Certains critiquent ce choix.

Par Milica Čubrilo-Filipović « Le pouvoir comme l’opposition se sont retranchés dans leurs forteresses et la haine augmente tous les jours », constate Vesna Mališić, rédactrice en chef adjointe de l’hebdomadaire NIN, l’un des derniers médias indépendants en Serbie. L’idée de boycotter les prochaines élections n’est pas nouvelle : elle a été proposée il y a déjà un an, en février 2019, par l’Alliance pour la Serbie (SzS), la plateforme qui rassemble les principaux mouvements de l’opposition. C’était au moment où le mouvement citoyen #1od5milliona battait son plein. Les formations politiques entendaient dénoncer le passage à tabac, à coups de barres de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous