Seconde Guerre mondiale : ces « Justes » oubliés de Voïvodine

| |

Ils étaient Allemands ou Hongrois de Voïvodine et ils ont sauvé la vie de centaines de Serbes pris en otages par les occupants nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Leur histoire est pourtant tombée dans les oubliettes de la mémoire collective. Récit.

Traduit et adapté par Nikola Radić (article original) La troisième histoire se déroule à Kovilj. En avril 1941, après que les troupes de l’amiral Miklós Horthy ont fait main-basse sur la Bačka et la Baranja, Lajos Dunafalvi, un homme de 40 ans né à Budapest, fut nommé commandant de la gendarmerie locale. Le gouvernement hongrois nomma également par décret les deux édiles de la commune de Kovilj : Mihalj Miškela Horvat et Andor Molnar, deux Hongrois locaux. Janvier 1942 fut marqué l’arrestation et l’assassinat brutal de personnalités, de riches propriétaires terriens, d’artisans, de médecins, d’avocats, d’instituteurs, mais aussi de femmes, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous