Tourisme en Bulgarie : sous la plage, les excréments

| |

Les hôtels et les restaurants sont toujours plus nombreux sur la côte bulgare de la mer Noire, et la hausse du nombre des touristes fragilise le réseau de traitement des eaux, déjà à l’agonie. Les citoyens dénoncent régulièrement des pollutions, mais les autorités peinent à réagir. À quoi servent les millions d’euros dépensés par l’UE pour mettre les installations aux normes ?

Traduit et adapté par Chloé Billon (article original) En mars 2020, des médias bulgares révélaient que les eaux de l’estuaire du lac de Varna, la deuxième ville de Bulgarie, avaient pris une teinte brunâtre. Quelques jours plus tard, il s’est avéré que la station d’épuration, qui rejette chaque jour 20 000 m3 d’eaux retraitées dans le lac, ne fonctionnait plus correctement. Un mois plus tard, on découvrait qu’une autre canalisation était aussi crevée et qu’elle rejetait 8000 m3 par jour d’eaux souillées. Pire, l’entreprise locale d’approvisionnement en eau, le gouvernement et les autorités locales étaient au courant de cette seconde fuite depuis (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous