Roumanie : Viorel, ou l’histoire d’un orphelin qui s’en est sorti

| |

Au début des années 1990, les images tragiques des orphelinats roumains avaient défrayé la chronique et suscité une vague de mobilisation internationale. Le temps est passé, les conditions de vie des enfants se sont un peu améliorées, mais beaucoup ont toujours de grandes difficultés à intégrer la société roumaine. Viorel, 27 ans, a tout connu, mais il a fini par s’en sortir. Il raconte son histoire.

Adapté par Florentin Cassonnet En 2004, sous la pression de l’Union européenne, une loi sur les enfants est adoptée. Celle-ci définit que l’enfant est un individu qui dispose de ses propres droits, et elle régule le processus d’adoption. Au cours de cette période, de nombreux orphelinats construits sous le communisme ont été fermés. Les orphelins les plus jeunes ont été envoyés dans des familles d’accueil, d’autres ont été placés dans des foyers. Viorel faisait partie de ces derniers. « Nous étions dans un groupe avec plusieurs catégories d’âge. J’avais onze ans et je me suis retrouvé dans une chambre avec des grands de 20 ans. C’était un peu (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous