Roumanie : 30 ans après sa légalisation, l’avortement est un droit menacé

| |

Les médecins sont de plus en plus nombreux à refuser de pratiquer l’IVG en Roumanie. Financées par de puissants réseaux internationaux, les organisations « pro-vie » roumaines ont infiltré les hôpitaux publics, avec le soutien de l’Église orthodoxe. À tel point qu’un hôpital public sur trois n’est plus en mesure d’assurer ce service médical, un droit pourtant fondamental pour les femmes. Enquête.

Traduit et adapté par Florentin Cassonnet Les pro-life montent en puissance Ces dernières années, les organisations anti-avortement ont commencé à travailler avec les politiciens roumains pour donner de la visibilité à leur mouvement. En mars 2019, le député Cătălin Ivan a organisé à Bruxelles un événement intitulé « Les bébés vont au Parlement européen », en écho à la manifestation annuelle de Heartbeat International aux États-Unis, « Les bébés vont au Congrès ». Le même jour à Bucarest, l’association roumaine Studenți pentru viață organisait l’évènement « Les bébés vont au Parlement », avec la présence du député roumain Matei Dobrovie (du Parti (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous