Revue de presse • Carnavals en Bosnie-Herzégovine et en Croatie : les bûchers de la haine

| |

Après Alost, en Belgique, d’autres carnavals ont fait polémique. En Croatie, l’effigie d’un couple homosexuel et de leur enfant a été brûlée, tandis qu’en Bosnie-Herzégovine, une poupée de l’écrivaine Martina Mlinarović Sopta a été immolée. Revue de presse.

Par Aline Cateux La saison 2020 des carnavals a été marquée en Bosnie-Herzégovine et en Croatie par deux incidents révélateurs de la violence qui sourd dans ces sociétés empêtrées dans leur conservatisme et leur cléricalisme, mais aussi dans un nationalisme qui cible désormais la figure du traître, ici une « traîtresse ». Imotski, petite ville croate à la frontière avec la Bosnie-Herzégovine et réputée pour son nationalisme extrême, a ouvert les hostilités avec la mise à feu d’une effigie géante d’un couple d’hommes et de leur enfant, celui-ci représentant Nenad Stazić, député du Parti social démocrate (SDP), sur le front duquel une étoile rouge à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous