La Bosnie-Herzégovine, plaque tournante du trafic d’êtres humains

| |

À la fois pays d’origine, de transit et de destination, la Bosnie-Herzégovine occupe une place centrale dans la chaîne du trafic d’êtres humains. Prostitution, mendicité... les mineurs et les migrants sont particulièrement vulnérables. Et si le cadre législatif est bon, encore faut-il qu’il soit appliqué.

Traduit par Nikola Radić (article original) La justice de la Republika Srpska (RS), l’entité serbe de Bosnie-Herzégovine, a ouvert début novembre un premier procès pour « trafic d’enfants ». Trois individus sont poursuivis pour la vente et l’achat d’une fillette de treize ans qui aurait également été victime de violences sexuelles. Selon le communiqué du Procureur de la République, Alija Aljić est inculpé pour avoir vendu, le 10 janvier 2019, sa fille pour une somme de 500 euros à Mehmed Bosak en vue d’un mariage forcé avec son fils Ismet. Le même jour, celui-ci aurait violé la mineure. L’accusation a été confirmée par le Tribunal d’instance de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous