Recensement en Serbie : la grande peur du dépeuplement

| |

Le nouveau recensement a commencé le 1er octobre et s’achèvera le 31. La question principale est de savoir de combien la population du pays a chuté, et quoi, de l’exode massif ou du dépeuplement naturel, est la principale cause. Pour tenter de grossir les chiffres, les autorités ont même cédé aux demandes des minorités.

Par S.R. Ils sont environ 15 000 agents recenseurs déployés dans tout le pays, à frapper aux portes de chaque domicile pour remplir un questionnaire long de 69 questions. S’y ajoutent un peu plus de 2000 instructeurs, chargés de vérifier les données collectées et téléchargées en ligne, un mode opératoire inédit en Serbie. Le financement de cette opération, dont le coût estimé dépasse les 30 millions d’euros, est soutenu par l’Union européenne via le mécanisme des fonds IPA de pré-accession. En 2011, la Serbie comptait officiellement un peu moins de 7,2 millions d’habitants. Une décennie plus tard, ce chiffre pourrait avoir baissé d’environ 10%. « (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous