David Prudhomme

Rebetiko (la mauvaise herbe)

|

Fin des années 30, en Grèce. La dictature militaire s’installe et les libertés fondent comme neige au soleil. L’esprit frondeur de Stavros, amateur de jolies filles, de hachisch, (et vendeur occasionnel) a du mal à se plier aux lois en vigueur. Il retrouve son ami Markos à sa sortie de prison. Ensemble, autour d’un narguilé, ils refont le monde, avant d’aller jouer et danser le rebetiko toute la nuit au son du bouzouki.

Il fallait l’invention et l’élégance naturelle de David Prudhomme pour réussir à restituer l’ambiance des bouges d’Athènes dans les années trente, et l’atmosphère électrique qui y régnait. Pour ce récit, David Prudhomme puise son graphisme noir et charbonneux aux sources du cinéma néo-réaliste italien.

Quant à cette musique populaire grecque d’avant-guerre, elle est dans Rebetiko ce que Casque D’Ora été aux guinguettes du bord de la Marne : omniprésente et le moteur essentiel du récit.

  • Rébétiko (la mauvaise herbe), David Prudhomme Editions Futoropolis, 2010, 225x290mm, 104 pages