Procès en appel de Ratko Mladić : un goût amer pour les victimes, la porte ouverte au négationnisme

| |

Le verdict final a été confirmé, Ratko Mladić finira ses jours en prison, mais de nombreux Bosniaques en gardent un goût amer, la position des juges sur la nature des faits reprochés à l’ancien chef de guerre serbe n’étant pas unanime. Cela risque de servir d’arme aux négationnistes. Les réactions en Bosnie-Herzégovine et en Serbie.

Par Aline Cateux (Sarajevo) et Philippe Bertinchamps (Belgrade) Il y avait moins de dix personnes devant le siège d’Al Jazeera Balkans, à Sarajevo, pour regarder la retransmission du verdict en appel rendu aujourd’hui contre Ratko Mladić. Une dame d’une soixantaine d’années fumait nerveusement, écoutant patiemment le fastidieux compte-rendu énoncé point par point par la juge Nyambe, présidente de la Cour d’appel. Un à un, tous les points interjetés en appel par l’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie sont rejetés. La retransmission se fige au milieu du deuxième point concernant Sarajevo. Plus d’image, mais une phrase qui tourne en boucle (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous