Présidentielle en Serbie : contre les calomnies du SNS, les larmes de Nataša Jeremić

|

Traîner ses adversaires dans la boue, mentir pour nuire, répandre la calomnie... Faute de programme, voilà la stratégie du Parti progressiste de Serbie (SNS) du Premier ministre Vučić, candidat à la présidentielle, pour décrédibiliser l’opposition. Nataša Jeremić, l’épouse du candidat Vuk Jeremić, accusée d’être à la tête d’un « cartel de la drogue », vient d’en faire les frais.

Par la rédaction « Je ne crois pas que cela s’arrêtera là. Je crains que quelqu’un ne vienne placer de la drogue chez moi. Qui sait ce qui arrivera alors. Honnêtement, j’ai peur. » La scène a lieu mardi 21 mars lors d’une conférence de presse à Belgrade. Visiblement émue, Nataša Jeremić, ancienne journaliste à la radiotélévision publique serbe RTS, et épouse du candidat à l’élection présidentielle du 2 avril Vuk Jeremić, s’effondre en larmes. La veille, le vice-président du Parti progressiste de Serbie (SNS), Milenko Jovanov, l’a publiquement accusée d’être à la tête du « cartel serbe de la drogue ». Dans un communiqué de presse du SNS, Milenko (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous