Pollution : la Serbie s’asphyxie, mais le gouvernement ne fait rien

| |

La Serbie est le pays d’Europe où l’on constate le plus de morts prématurées liées aux effets de la pollution. Rien de grave toutefois pour le président, il s’agit juste « des conséquences de l’accroissement du niveau de vie ». Plusieurs organismes internationaux alertent pourtant depuis des années sur l’inaction des autorités de Belgrade, pointant du doigt les vieilles centrales à charbon.

Adapté par Laurent Geslin (article original) À la mi-janvier, la Serbie figurait parmi les pays les plus pollués au monde. Rien de neuf selon les experts, mais les conditions météorologiques ont rendu la respiration encore plus difficile, tandis que le brouillard, qui ne s’est pas levé durant des jours, a contribué à créer une atmosphère apocalyptique. Face à la panique qui se propageait parmi la population, le Président Aleksandar Vučić s’est voulu rassurant et optimiste, expliquant que cette pollution était « la conséquence de l’accroissement du niveau de vie des citoyens serbes ». Selon les données de l’Agence pour la protection de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous