Serbie : ces cadavres d’animaux qui empoisonnent les sols, l’air et les eaux

| |

En Serbie, les cadavres d’animaux sont enterrés dans la nature, quand ils ne sont pas abandonnés à l’air libre, jetés dans les rivières ou mêlés aux déchets domestiques. Les risques sanitaires et environnementaux sont énormes, mais les centres de stockage et les usines d’équarrissage font défaut. Une enquête du CINS.

Par Milica Šarić et Natalija Jakovljević Lorsque des journalistes du Centre de journalisme d’investigation de Serbie (CINS) ont visité le site de l’ancien cimetière d’animaux de Bajmok, près de Subotica (Voïvodine), au début du mois de septembre 2017, ils ont trouvé des carcasses de jeunes cochons, un chien mort, un lièvre et un sac au contenu indéfinissable. « Quelques semaines plus tôt, il y avait là encore plus de restes et les chiens errants les dispersaient pendant la nuit », explique le vétérinaire Jožef Hegediš. Ce cimetière d’animaux est officiellement fermé, mais les autorités autorisent les habitants de la région à apporter des cadavres (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous