Orthodoxie et politique au Monténégro : le concordat de tous les dangers

| |

Après des débats acharnés, le gouvernement monténégrin a approuvé le concordat avec l’Église orthodoxe serbe, mais le Premier ministre Dritan Abazović risque de perdre sa fragile majorité, tandis que les opposants au concordat dénoncent une « trahison des intérêts nationaux ».

(Avec Radio Slobodna Evropa et Vijesti) - Il a fallu quatre heures de discussions acharnées avant le gouvernement ne vote le texte du concordat avec l’Église orthodoxe serbe : treize ministres l’ont soutenu, cinq ont voté contre et trois n’étaient pas présents. La majorité qualifiée des deux-tiers n’étant pas réunie, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Ranko Krivokapić et Raško Konjević, tous deux issus du Parti social-démocrate (SDP), ont contesté son adoption et réclament un nouveau vote. Le gouvernement comptant 21 ministres, la majorité qualifiée est de quatorze. Le ministre des Finances Aleksandar Damjanović, qui soutient la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous