Vente des frégates françaises à la Grèce : les États-Unis à l’abordage

| |

Après les sous-marins avec l’Australie, les États-Unis veulent-ils encore doubler la France ? Alors que le Parlement grec n’a pas encore officiellement validé le contrat à 3 milliards d’euros pour trois frégates, Washington est venu semé le trouble. Un nouveau test pour Emmanuel Macron, qui veut renforcer la souveraineté européenne sur les questions de défense.

Par Fabien Perrier En Grèce, une annonce a fait grand bruit ce week-end et provoqué des sueurs froides du côté de Naval Group, le marchand de frégates français. Le suspens a commencé vendredi 10 décembre lorsque les États-Unis ont annoncé avoir donné leur feu vert à une possible vente à la Grèce de quatre frégates, en concurrence avec l’offre que Paris a déposée auprès du gouvernement grec et qui a été signée le 28 septembre à l’Élysée par le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. Ce contrat de trois milliards d’euros pour la construction de trois frégates ressemblait à un bon coup pour Paris, qui venait de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous