Serbie : plongée en dessins dans le « brutalisme » de Novi Beograd

| |

Des tours et des barres, des fenêtres à l’infini et des ciels de couleur. Jovana Raduljko est une enfant de Novi Beograd, et c’est par le dessin qu’elle a décidé de raconter son histoire, et celle de son amour pour ce quartier de la capitale serbe. Le projet « Brutalizam i Renesansa » (Brutalisme et Renaissance), lancé sur Facebook et Instagram a permis de faire connaître son oeuvre à l’international. Rencontre.

Traduit par Chloé Billon Bojana Bačić (B.B.) : Pour commencer, quelques mots sur toi ? Jovana Raduljko (J.R.) : Je suis née en 1992, j’ai grandi et je vis toujours à Novi Beograd. Il est important de mentionner que j’ai été à l’école primaire et au collège Ivan Gundulić et au lycée n°9, car c’est une partie intégrante de mon identité et de celle du quartier où je vis. C’est la matrice de tous les souvenirs fantastiques que je garde en moi et auxquels je rends hommage par mes dessins. Après le lycée, j’ai suivi un Master à la faculté d’Architecture de Belgrade. J’ai toujours dessiné. Le dessin est le moyen de m’exprimer et ma façon de communiquer avec (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous