Affaire Djoković : en Serbie, la Passion selon « Saint Nole »

| |

La saga Djoković s’est vite transformée en affaire d’État. À Belgrade et Banja Luka, les dirigeants serbes se sont empressés de dénoncer dimanche l’expulsion du champion de tennis d’Australie et d’en faire un martyr.

Par Ph.B. « Il y a eu un harcèlement d’une ampleur sans précédent, des lynchages médiatiques et une chasse aux sorcières. » Le Président serbe Aleksandar Vučić a donné le ton dimanche matin après que la Cour fédérale australienne a rejeté le recours de Novak Djoković suite à l’annulation de son visa. Interrogé par les médias à la sortie d’un bureau vote à Belgrade – les électeurs serbes étaient appelés aux urnes pour un référendum constitutionnel –, le chef de l’État a déclaré que la justice australienne s’était « humiliée » en refusant au numéro 1 mondial du tennis de participer à l’Open d’Australie. Et de lancer face aux caméras : « Djoković peut rentrer (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous